Chargement Évènements

Une journée avec Marie Vassilieff

16 mai 2019 - 21 juillet 2019

Artistes :
Andrée Pradal, Alice Santin, Andrée Joubert, Andrée Launay, Anne Faure, Arlette de Breville, Arlette Schneider, Emilia Kolesarova, Hélène Vanel, Javotte Martin, Irène Littman, Madeleine Smith-Champion,Marie Vassilieff…Marthe van Deryken, Marie-Anne Lansiaux, Mercédès Ducomet, Myriam Bat-Yosef, Odette Deray, Suzanne Fontan

En partenariat avec la Villa Vassilieff – Pernod Ricard Fellowship
A Nogent-sur-Marne : MABA / Maison Nationale des Artistes / Bibliothèque Smith-Lesouëf
& à Paris : Villa Vassilieff

 

Marie Vassilieff est la première femme artiste à entrer à la Maison Nationale des Artistes en 1952, après une vie bien remplie. Elle fut suivie de bien d’autres, qui ont créé à Nogent-sur-Marne dans les ateliers mis à leur disposition, et parfois laissé leurs œuvres à la Fondation des Artistes. Nous souhaitons ici leur rendre hommage en présentant une sélection de peintures choisies dans les différentes réserves.

Andrée Pradal, Alice Santin, Andrée Joubert, Andrée Launay, Anne Faure, Arlette de Breville, Arlette Schneider, Emilia Kolesarova, Hélène Vanel, Javotte Martin, Irène Littman, Madeleine Smith-Champion, Marthe van Deryken, Marie-Anne Lansiaux, Mercédès Ducomet, Myriam Bat-Yosef, Odette Deray, Suzanne Fontan.

 

Michel François, Scrabble, 2019. Vidéo.

La matière, qu’elle soit d’origine végétale, artificielle est au coeur de la pratique de Michel François. Il l’étudie pour ses propriétés sculpturales, faisant résonner dans un même élément les questions d’équilibre, de volume et d’espace. En relation avec son environnement, il l’intègre à d’autres médiums tels que la photographie, la vidéo ou l’installation. De cette approche plurielle émerge une volonté de faire surgir des analogies formelles et des échos symboliques profondément personnels. Dans son film Scrabble (2019) réalisé pour l’exposition, Michel François documente le quotidien d’un homme qui occupe ses journées à jouer au scrabble. Ce rituel pourrait sembler anodin s’il ne se ouait pas avec des jetons abimés, presque indéchiffrables. La répétition quasi machinale de cette action questionne le sens de notre réalité : et si nous reproduisions constamment les mêmes erreurs ? Comment le savoir sans être informé ?Le film tente de représenter la mémoire que l’artiste garde de cette partie de scrabble : celle-ci s’efface à la fin par l’arrivée d’une lumière venant surexposer le jour.

 

 

Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
Vues de l'exposition "Une journée avec Marie Vassilieff" © Aurelien Mole
 Marie Vassilieff et son masque, photographie de Cami Stone, 1929, coll. CB
Marie Vassilieff et son masque, photographie de Cami Stone, 1929, coll. CB

Événements

 

Vendredi 24 mai, 16h30 :

Conférence,  La manufacture de Sèvres des années 1960 à nos jours, par Catherine Trouvet

Mardi  4  juin, 16h30 :

Conférence, Les avant-gardes russes, par Gérard Alaux

« De 1907 à 1917, les artistes russes participent pleinement au renouveau intellectuel engagé en Europe occidentale. De la littérature aux arts appliqués, ils font résonner la singularité de leur recherche en écho des courants ou mouvements qui se développent à l’Ouest. C’est le même foisonnement d’écoles qui se manifeste en rupture avec l’art du 19ème siècle : néo-primitivisme, « cézannisme fauve », cubo-futurisme, abstraction,… Dans le cadre de l’exposition consacrée à Marie Vassilieff, une plongée dans le contexte artistique de cette période particulièrement riche en Russie, permettra de mieux comprendre les racines de son travail et les liens qu’elle a toujours maintenus avec les artistes russes, ses compatriotes. »

Samedi 15 juin, 16h30:

Concert,  jazz des années 30, 40. Avec le groupe Big Band Jazz  au Parc

Événements gratuits, sur réservation

par émail : ehpad@fondationdesartistes.fr

par téléphone : 01 48 71 28 08

Détails

Début :
16 mai 2019
Fin :
21 juillet 2019
Catégories d’Évènement:
,
Étiquettes Évènement :

Lieu

Maison nationale des artistes
16 Rue Charles VII
Nogent-sur-Marne, 94130 94130 France
Téléphone :
T 01 48 71 28 08
Site Web :
ehpad@fondationdesartistes.fr