Chargement Évènements

« Il était une fois… Jacqueline Duhême, l’imagière »

8 septembre 20221 janvier 2023

Déployant son style inimitable, l’exposition « Il était une fois… Jacqueline Duhême, l’imagière » met à l’honneur la couleur et la poésie qui se dégagent des dessins de celle pour qui « dessiner, c’est une nécessité, comme celle de faire un cadeau à quelqu’un qu’on aime ».

Entrée aux Beaux-Arts de Clermont-Ferrand à seulement 13 ans suite à un concours de dessin, élève de Paul Colin (ancien résident de la Maison nationale des artistes) et aide atelier d’Henri Matisse (expérience qu’elle retracera dans Petite main chez Henri Matisse*, 2009), Jacqueline Duhême dessine dès le plus jeune âge (même dès 4 ans la vie de sa boulangère, dessins qu’elle lui offre en échange d’un croissant), partout et tout le temps.

Ses illustrations ont accompagné les œuvres des grands auteurs du XXe siècle : Paul Éluard bien sûr, dont la rencontre à la Maison de la Pensée Française où elle va écouter de la poésie marque le début d’un grand amour et avec qui elle imagine Grain-d’Aile (Éd. Raison d’être,1951), cette petite fille qui rêve de voler… ; Jacques Prévert, fidèle ami avec qui elle publie le conte poétique L’Opéra de la lune* (1953) ; Maurice Druon avec qui elle conçoit Tistou les pouces verts (Éd. Del Duca Mondiales,1957) ; Raymond Queneau, dont elle met en images la version américaine de Zazie dans le métro (Olympia press, The Traveller’s Companion series, 1959), également parue en France ; ou encore Gilles Deleuze, à qui elle propose d’illustrer ses concepts dans un petit livre, L’Oiseau philosophie* (1997)…

Dessinatrice de presse, notamment au magazine ELLE à partir de 1950 et pendant vingt ans, Jacqueline Duhême invente également le reportage dessiné et retrace ainsi les voyages de Jackie Kennedy, qu’elle représente sur un tapis volant pour illustrer un retour d’Inde vers la Maison Blanche ; Charles de Gaulle, qu’elle accompagne en Amérique latine (Venezuela, Colombie, Équateur, Pérou, Chili, Argentine, Paraguay, Uruguay et Brésil) en 1964 ; ou du pape Paul VI, dont elle couvre le voyage en Terre Sainte sous la forme d’un triptyque.

Ses différentes expériences dans les domaines de la peinture, de la publicité, du journalisme, de la littérature, de l’art postal…vont même s’étendre jusqu’à la tapisserie, dont elle réalise des cartons qui seront tissés par les Ateliers d’Aubusson. Elle réinvente aussi l’art de la biographie dessinée dans Une vie en crobards* (2014), un album qui raconte son incroyable vie, si riche et si haute en couleurs.

En novembre 2021, le magnifique livre Ami Paul. Lettres à Paul Éluard paraît chez Gallimard*. Un ensemble de cent lettres qui retracent l’évolution de sentiments (du chagrin d’amour à la tendre amitié), accompagnées de dessins et d’aquarelles, témoignant de son style personnel et poétique et nous faisant assister à la naissance de la célèbre imagière qu’elle est.

Artiste aux talents multiples, Jacqueline Duhême construit une œuvre qui fait l’objet d’expositions en France comme à l’étranger et qui a été couronnée par de nombreux prix. Elle est par ailleurs promue au grade de commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres le 10 février 2016 et reçoit la médaille Grand Vermeil de la Ville de Paris en 2019.

 

Jacqueline Duhême réside actuellement à la Maison nationale des artistes.

 

Gallimard Jeunesse a le plaisir de soutenir cette exposition qui met en évidence l’œuvre et le talent de Jacqueline Duhême, l’imagière.

Créé en 1972 et premier éditeur de livres pour la jeunesse en France, Gallimard Jeunesse n’a cessé d’inventer et d’innover au service de l’enfance. Des premiers albums à la littérature, du documentaire au livre audio, de la musique à la bande dessinée, son catalogue s’enrichit chaque année de plus de 400 nouveautés, tant françaises qu’étrangères. Les classiques d’hier y côtoient les plus grands noms de la littérature jeunesse d’aujourd’hui, illustrés par les plus grands artistes. Accompagner l’enfant dans son développement, éveiller sa curiosité, l’aider à rêver, imaginer et comprendre en lui offrant les meilleures œuvres : cette ambition a fait de Gallimard Jeunesse, en France et dans le monde, l’éditeur privilégié des jeunes lecteurs de tous âges, des parents et des professionnels de l’éducation.

 

Touché par l’impact de la pandémie sur la Maison nationale des artistes, le fabricant français de papiers peints Isidore Leroy a souhaité, au printemps 2020, offrir une partie de ses bénéfices à l’établissement en soutien aux artistes, dont les créations sont indissociables de l’histoire du décor mural.

Sensible au talent des résidents, la maison Leroy a ensuite proposé d’éditer au format d’un papier peint l’un des dessins de Jacqueline Duhême, que l’on appelle « le Paquebot France ». Le prototype est à découvrir aujourd’hui sur les murs du couloir de la salle à manger, comme une jolie invitation au voyage.

Ce partenariat, initié au pire de la crise sanitaire, s’est poursuivi de belle manière avec la rénovation des décors de la salle à manger et des salons des 1er et 2e étages de la maison de retraite, après une consultation menée auprès de chacun des résidents et des personnels afin de sélectionner les décors muraux parmi le riche catalogue de la Manufacture.

* Éd. Gallimard Jeunesse

Visuel: L’avocatier. Tapisserie tissée par l’atelier Camille et Thérèse Legoueix à Abusson en 1973 à partir d’Illustration de Jacqueline Duhême après du texte de Miguel Angel Asturias, L’homme qui avait tout tout tout. ©Vanessa Silvera

 

AUTOUR DE L’EXPOSITION

 

 

Vendredi 30 septembre, 16h30 – 17h30

Conférence  « La tapisserie au XXe : Lurçat chef de file de sa renaissance, une remarquable aventure collective » par Martine Mathias

"Irma et Igor sur Le France". Arrivée du France à New-York, Encre, aquarelle, gouache 1962
"Irma et Igor sur Le France". Arrivée du France à New-York, Encre, aquarelle, gouache 1962
"L’avocatier"Tapisserie tissée par l’atelier Camille et Thérèse Legoueix à Abusson en 1973 à partir d’Illustration de Jacqueline Duhême après du texte de Miguel Angel Asturias, "L’homme qui avait tout tout tout" ©Vanessa Silvera
"L’avocatier"Tapisserie tissée par l’atelier Camille et Thérèse Legoueix à Abusson en 1973 à partir d’Illustration de Jacqueline Duhême après du texte de Miguel Angel Asturias, "L’homme qui avait tout tout tout" ©Vanessa Silvera

 

DATES & HORAIRES :

Du 8 septembre 2022 au 1er janvier 2023
Tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 18h

Port du masque obligatoire.

Entrée libre

14, rue Charles VII 94130, Nogent-sur-Marne

ehpad@fondationdesartistes.fr/t: 01 48 71 28 08

Détails

Début :
8 septembre 2022
Fin :
1 janvier 2023
Catégories d’Évènement:
,
Étiquettes Évènement :

Lieu

Maison nationale des artistes
La Maison nationale des artistes
14, rue Charles VII 94130 Nogent-sur-Marne, 94130 94130 France
+ Google Map
Téléphone :
ehpad@fondationdesartistes.fr / t : 01 48 71 28 08
Site Web :
Tous les jours de 9h à 12h et de 14h à 18h. Entrée libre.