Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

1418. Échos, Versos et Graphies de Batailles

16 septembre 201515 novembre 2015

 » Le goût de l’archive – pour reprendre, en le détournant, le titre du célèbre livre d’Arlette Farge – est le point de départ de ce projet. Il se fonde sur le constat qu’archivistes, chercheurs et artistes éprouvent une multitude de sensations, d’émotions et de sentiments lorsqu’ils cherchent, découvrent, manipulent et utilisent des archives. Il pose l’hypothèse que l’archive objet, l’archive image, l’archive texte peut être utile à autre chose qu’à écrire l’histoire, qu’à produire un discours scientifique. Il tente de démontrer qu’il n’est pas illégitime d’exprimer ces sensations, ces émotions, ces sentiments, mais que la qualité de cette expression, de ce regard, dépend du recul pris par rapport au sujet archive et par rapport aux représentations stéréotypées du passé qu’il peut véhiculer. Et la meilleure façon d’échapper à ces représentations n’est-elle pas d’en produire d’autres ? D’autres représentations, d’autres images, non pas d’histoire mais de fiction, sans fidélité contrainte à la source, sans recours aux outils de la critique positiviste. » (1)

Accueillie en résidence aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis pendant plusieurs mois en 2014, la photographe Catherine Poncin a traité le thème de la Grande Guerre par une voie détournée.

Sa démarche « de l’image par l’image » consiste à s’emparer d’images préexistantes et à les transformer pour en produire de nouvelles. Elle a choisi de travailler sur deux collections issues des Archives : un corpus de cartes postales éditées ou écrites entre 1914 et 1918 et une série de photographies contenues dans les dossiers dits de « dommages de guerre ».

L’exposition, présentée du 9 octobre 2014 au 10 juin 2015, aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, mise en scène avec la collaboration de Myriam Barchechat et produite par la galerie Les Filles du Calvaire est accompagnée d’un livre d’artiste publié aux éditions Filigranes, avec des textes de Michel Poivert, professeur d’histoire de l’art à l’université Paris I et de Guillaume Nahon, directeur des Archives départementales. Le projet a reçu le label et le soutien financier de la Mission du Centenaire.

Catherine Poncin est représentée en France par la galerie Les Filles du Calvaire, Paris, et au Maroc par L’Appartement 22, Rabat.

Exposition organisée en collaboration avec les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis dans le cadre des célébrations du centenaire de la première guerre mondiale.

(1) Guillaume Nahon, directeur des Archives départementales

 

 

Détails

Début :
16 septembre 2015
Fin :
15 novembre 2015
Catégorie d’Évènement:

Organisateur

<b>Artiste: Catherine Poncin</b>

 » Le goût de l’archive – pour reprendre, en le détournant, le titre du célèbre livre d’Arlette Farge – est le point de départ de ce projet. Il se fonde sur le constat qu’archivistes, chercheurs et artistes éprouvent une multitude de sensations, d’émotions et de sentiments lorsqu’ils cherchent, découvrent, manipulent et utilisent des archives. Il pose l’hypothèse que l’archive objet, l’archive image, l’archive texte peut être utile à autre chose qu’à écrire l’histoire, qu’à produire un discours scientifique. Il tente de démontrer qu’il n’est pas illégitime d’exprimer ces sensations, ces émotions, ces sentiments, mais que la qualité de cette expression, de ce regard, dépend du recul pris par rapport au sujet archive et par rapport aux représentations stéréotypées du passé qu’il peut véhiculer. Et la meilleure façon d’échapper à ces représentations n’est-elle pas d’en produire d’autres ? D’autres représentations, d’autres images, non pas d’histoire mais de fiction, sans fidélité contrainte à la source, sans recours aux outils de la critique positiviste. » (1)

Accueillie en résidence aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis pendant plusieurs mois en 2014, la photographe Catherine Poncin a traité le thème de la Grande Guerre par une voie détournée.

Sa démarche « de l’image par l’image » consiste à s’emparer d’images préexistantes et à les transformer pour en produire de nouvelles. Elle a choisi de travailler sur deux collections issues des Archives : un corpus de cartes postales éditées ou écrites entre 1914 et 1918 et une série de photographies contenues dans les dossiers dits de « dommages de guerre ».

L’exposition, présentée du 9 octobre 2014 au 10 juin 2015, aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, mise en scène avec la collaboration de Myriam Barchechat et produite par la galerie Les Filles du Calvaire est accompagnée d’un livre d’artiste publié aux éditions Filigranes, avec des textes de Michel Poivert, professeur d’histoire de l’art à l’université Paris I et de Guillaume Nahon, directeur des Archives départementales. Le projet a reçu le label et le soutien financier de la Mission du Centenaire.

Catherine Poncin est représentée en France par la galerie Les Filles du Calvaire, Paris, et au Maroc par L’Appartement 22, Rabat.

Exposition organisée en collaboration avec les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis dans le cadre des célébrations du centenaire de la première guerre mondiale.

(1) Guillaume Nahon, directeur des Archives départementales