Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

UNE EXPOSITION SANS TEXTES. SUITE POUR EXPOSITION(S) ET PUBLICATION(S), DEUXIÈME MOUVEMENT

21 mars 201319 mai 2013

Artistes :
Francis Baudevin, Stefan Brüggemann, Idris Khan, Franck Lebovici, Claude Rutault, Giandomenico Tonatiuh Pellizzi, Jacques Villeglé, Gil Joseph Wolman

Pensée dans le cadre d’une Suite pour exposition(s) et publication(s), Une exposition sans textes est présentée par Mathieu Copeland à la Maison d’Art Bernard Anthonioz. Ce deuxième mouvement s’offre en écho direct et simultané au premier mouvement Une exposition parlée à voir au Jeu de Paume (26 février-12 mai 2013).

Une exposition sans textes prend le contrepoint du mot parlé et envisage ce moment où le texte fait image, où l’écriture (dans sa plus large acception) s’efface au profit de l’abstraction et de la disparition du sens. Explorant la superposition et l’accumulation, l’effacement et la déchirure, la re-peinture et l’obstruction, l’oblitération et la défiguration de – et dans – l’œuvre, cette exposition se pense ainsi autour d’un désir affiché (et affirmé) d’annuler tout texte ou toute image. Cette approche de l’exposition dans ce qu’elle peut avoir de plus formel insiste sur l’existence de l’œuvre à travers la représentation que l’on s’en fait ou et les mots que l’on projette.

Détails

Début :
21 mars 2013
Fin :
19 mai 2013
Catégorie d’Évènement:

Lieu

MABA
16 Rue Charles VII
Nogent-sur-Marne, 94130 94130 France
Téléphone :
T 01 48 71 90 07
Site Web :
maba@fondationdesartistes.fr

Organisateur

<b>Commissaire : </b> <br> Mathieu Copeland

Artistes :
Francis Baudevin, Stefan Brüggemann, Idris Khan, Franck Lebovici, Claude Rutault, Giandomenico Tonatiuh Pellizzi, Jacques Villeglé, Gil Joseph Wolman

Pensée dans le cadre d’une Suite pour exposition(s) et publication(s), Une exposition sans textes est présentée par Mathieu Copeland à la Maison d’Art Bernard Anthonioz. Ce deuxième mouvement s’offre en écho direct et simultané au premier mouvement Une exposition parlée à voir au Jeu de Paume (26 février-12 mai 2013).

Une exposition sans textes prend le contrepoint du mot parlé et envisage ce moment où le texte fait image, où l’écriture (dans sa plus large acception) s’efface au profit de l’abstraction et de la disparition du sens. Explorant la superposition et l’accumulation, l’effacement et la déchirure, la re-peinture et l’obstruction, l’oblitération et la défiguration de – et dans – l’œuvre, cette exposition se pense ainsi autour d’un désir affiché (et affirmé) d’annuler tout texte ou toute image. Cette approche de l’exposition dans ce qu’elle peut avoir de plus formel insiste sur l’existence de l’œuvre à travers la représentation que l’on s’en fait ou et les mots que l’on projette.