Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

Perils of the Night

20 décembre 201821 décembre 2018

En vue de sa participation à l’exposition La Vérité n’est pas la Vérité présentée à la MABA – Maison d’Art Bernard Anthonioz en janvier 2019, Meris Angioletti propose une nuit entière de lecture autour du roman gothique.

Réalisée avant le vernissage de l’exposition, cette performance prend la forme d’un cercle de lecture nocturne, où les participant⋅e⋅s (max 30) sont invité⋅e⋅s à lire à tour de rôle les textes originaux d’écrivaines anglaises des XVIIème et XIXème siècles.
Toutes les romancières choisies, d’Ann Radcliffe à Charlotte Dacre en passant par Mary Shelley parmi d’autres moins connues, ont exploré les désirs, les peurs et les pulsions sexuelles des femmes de leur époque, à travers les voix oniriques et effrayantes de leurs héroïnes. Si l’on ne peut pas proprement parler de féminisme du roman gothique, il est particulièrement intéressant de noter qu’un certain nombre des auteurs de ce mouvement littéraire sont des femmes, qui ont utilisé leurs vécus pulsionnels et inconscients (ante litteram) pour retranscrire une mémoire obscure, nocturne, souterraine, sédimentée depuis plusieurs millénaires en raison des contraintes sociales de leurs époques. Les moments de lecture alternent ainsi avec des temps d’échanges autour des rapports entre le roman gothique et le genre, à travers le prisme des gender-studies et du post-féminisme.

Par sa temporalité étendue, le cercle met à l’épreuve les capacités de résistance des corps : il en accompagne les mouvements : l’exacerbation de la fatigue, les moments de relâchement par le
sommeil, les rêves et visions qui résultent de ce qui est lu, dit, débattu. Dans ce temps suspendu, la nuit réelle devient la nuit symbolique décrite. Entre cercle de parole de tradition féministe et sabbat, ce temps de lectures et de débats conservera son caractère de secret.
Renversant les codes d’un procès pour sorcellerie, l’expérience du cercle de lecture ne se transmettra aux visiteurs de l’exposition que sous forme d’actes : un compte-rendu écrit de la réunion et des croquis « d’audience ».

Détails

Début :
20 décembre 2018
Fin :
21 décembre 2018
Catégorie d’Évènement:

Lieu

MABA
16 Rue Charles VII
Nogent-sur-Marne, 94130 94130 France
Téléphone :
T 01 48 71 90 07
Site Web :
maba@fondationdesartistes.fr

Organisateur

<b>Artiste : </b> <br> Meris Angioletti

En vue de sa participation à l’exposition La Vérité n’est pas la Vérité présentée à la MABA – Maison d’Art Bernard Anthonioz en janvier 2019, Meris Angioletti propose une nuit entière de lecture autour du roman gothique.

Réalisée avant le vernissage de l’exposition, cette performance prend la forme d’un cercle de lecture nocturne, où les participant⋅e⋅s (max 30) sont invité⋅e⋅s à lire à tour de rôle les textes originaux d’écrivaines anglaises des XVIIème et XIXème siècles.
Toutes les romancières choisies, d’Ann Radcliffe à Charlotte Dacre en passant par Mary Shelley parmi d’autres moins connues, ont exploré les désirs, les peurs et les pulsions sexuelles des femmes de leur époque, à travers les voix oniriques et effrayantes de leurs héroïnes. Si l’on ne peut pas proprement parler de féminisme du roman gothique, il est particulièrement intéressant de noter qu’un certain nombre des auteurs de ce mouvement littéraire sont des femmes, qui ont utilisé leurs vécus pulsionnels et inconscients (ante litteram) pour retranscrire une mémoire obscure, nocturne, souterraine, sédimentée depuis plusieurs millénaires en raison des contraintes sociales de leurs époques. Les moments de lecture alternent ainsi avec des temps d’échanges autour des rapports entre le roman gothique et le genre, à travers le prisme des gender-studies et du post-féminisme.

Par sa temporalité étendue, le cercle met à l’épreuve les capacités de résistance des corps : il en accompagne les mouvements : l’exacerbation de la fatigue, les moments de relâchement par le
sommeil, les rêves et visions qui résultent de ce qui est lu, dit, débattu. Dans ce temps suspendu, la nuit réelle devient la nuit symbolique décrite. Entre cercle de parole de tradition féministe et sabbat, ce temps de lectures et de débats conservera son caractère de secret.
Renversant les codes d’un procès pour sorcellerie, l’expérience du cercle de lecture ne se transmettra aux visiteurs de l’exposition que sous forme d’actes : un compte-rendu écrit de la réunion et des croquis « d’audience ».