Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

Y’ a pas photo !

21 janvier 2008 - 9 mars 2008

Artistes :
Patricia Erbelding, Mathias Gaillaguet, Danièle Gibrat, Michel Pelloille, Herman Steins, Tony Soulié, Vincent Verdeguer

L’exposition Y’a pas photo réunit les oeuvres de Patricia Erbelding, Mathias Gaillaguet, Danièle Gibrat, Michel Pelloille, Herman Steins, Tony Soulié, Vincent Verdeguer qui ont en commun l’utilisation distante mais fondée de la photographie.

Au coeur de la multiplication effrénée des représentations qui nous cernent en un flux continu, ils cherchent, dans le silence et la perplexité de l’atelier, à suspendre cette frénésie du regard en absorbant le motif photographique dans le geste et l’intention picturale.

Discours sur la violence au travers d’un combat singulier entre l’artiste et son double de Mathias Gaillaguet, vision d’une Amérique rêvée et mythique, celle de l’ouest américain pour Patricia Erbelding ou New York pour Tony Soulié, érotisme troublant d’un Michel Pelloille revisitant une origine du monde toute contemporaine, réflexion sur une jeunesse française sans repère et cherchant un avenir de Vincent Verdeguer, recherche des avatars qui hantent le regard de Danièle Gibrat, ou étude formelle et conceptuelle de l’image tramée pour Herman Steins. Des sujets différents, mais une même volonté d’interroger notre rapport à l’image.

Par le dessin, le collage ou la peinture, ils explorent tous les versants de l’image, comme le si le Y’a pas photo du titre soulignait de façon paradoxale et malicieuse tant leur complicité que le refus des conformismes de l’un ou l’autre médium.

Détails

Début :
21 janvier 2008
Fin :
9 mars 2008
Catégorie d’Évènement:
Étiquettes Évènement :

Organisateur

<strong>Artistes :</strong><br>Patricia Erbelding, Mathias Gaillaguet, Danièle Gibrat, Michel Pelloille, Herman Steins, Tony Soulié, Vincent Verdeguer

L’exposition Y’a pas photo réunit les oeuvres de Patricia Erbelding, Mathias Gaillaguet, Danièle Gibrat, Michel Pelloille, Herman Steins, Tony Soulié, Vincent Verdeguer qui ont en commun l’utilisation distante mais fondée de la photographie.

Au coeur de la multiplication effrénée des représentations qui nous cernent en un flux continu, ils cherchent, dans le silence et la perplexité de l’atelier, à suspendre cette frénésie du regard en absorbant le motif photographique dans le geste et l’intention picturale.

Discours sur la violence au travers d’un combat singulier entre l’artiste et son double de Mathias Gaillaguet, vision d’une Amérique rêvée et mythique, celle de l’ouest américain pour Patricia Erbelding ou New York pour Tony Soulié, érotisme troublant d’un Michel Pelloille revisitant une origine du monde toute contemporaine, réflexion sur une jeunesse française sans repère et cherchant un avenir de Vincent Verdeguer, recherche des avatars qui hantent le regard de Danièle Gibrat, ou étude formelle et conceptuelle de l’image tramée pour Herman Steins. Des sujets différents, mais une même volonté d’interroger notre rapport à l’image.

Par le dessin, le collage ou la peinture, ils explorent tous les versants de l’image, comme le si le Y’a pas photo du titre soulignait de façon paradoxale et malicieuse tant leur complicité que le refus des conformismes de l’un ou l’autre médium.